Les coulisses de l'histoire avec Christine / Toulon la Tour royale

Zoom sur la Tour royale, qui accueillit entre 1951 et 1962 une partie des collections du musée


 

Le musée national de la Marine est situé à l’entrée de la base de Défense depuis 1981. Avant cet emplacement, le musée a occupé plusieurs sites, tels que l’ancienne corderie royale, la Tour royale et même le long du quai Cronstadt, le port de plaisance de Toulon. Zoom sur la Grosse Tour, dite Tour royale, qui accueillit entre 1951 et 1962 une partie des collections du musée !

Un site exceptionnel. . .

La Grosse Tour est située à la pointe de la Mitre à l’extrémité du quartier du Mourillon et a été construite entre 1514 (sous Louis XII) et 1524 (sous François Ier). Il s’agissait alors de mieux contrôler l’entrée de la petite rade : ses canons et fortifications devaient pouvoir permettre de contrer les flottes ennemies. Pour assurer ce rôle défensif, Richelieu (qui porte alors notamment le titre d’Amiral des mers du Levant) décide de faire édifier en 1634 le fort Balaguier. Ce nouveau fort est situé de l’autre côté de la petite rade, à 1300 mètres de distance de la Grosse Tour, à qui elle sert de pendant. Le dispositif permet de croiser les tirs pour garantir la défense de Toulon et de son arsenal et est complété par le fort de l’Eguillette, achevé en 1686 (sous Louis XIV). Souvent évoquée comme une tour ronde, la Grosse Tour est en réalité une ellipse ovale régulière à la conception interne complexe et ambitieuse. Régulièrement aménagée au fil du temps, la Tour suscite l’intérêt de Vauban qui la juge « « une très belle pièce » mais qui « n’a pas été achevée ». Il propose alors divers projets pour la compléter, tous refusés. La Tour subit tout de même quelques modifications au XIXe siècle, notamment l’ajout d’une tourelle et des aménagements de la partie haute. 

Terrasse-cour du rez-de-chaussée, restes d'absides et embrasures vers la rade, tourelle du fanal
 

Terrasse-cour du rez-de-chaussée, restes d'absides et embrasures vers la rade, tourelle du fanal © Frédéric Pauvarel

. . . au destin exceptionnel. . . 

Plan de situation_Batterie dite la Grosse Tour ou Tour royale_dessin plume et lavis_
Plan de situation_Batterie dite la Grosse Tour ou Tour royale_dessin plume et lavis_1775_© Service historique de la Défense
reproduction : Corvisier Christian
 
 
 

La Tour a été marquée par divers événements, à commencer par la reddition de la Tour l’année même de son achèvement ! Alors que la Tour est assiégée par Charles de Bourbon pour le compte de Charles Quint et que la flotte impériale bloque la rade, le premier commandant de la Tour, Jean de Mottet monnaye sa reddition contre 500 écus d’or. Un proverbe a longtemps subsisté dans la région toulonnaise en souvenir de cet épisode pitoyable : « vendu comme la Grosse Tour ».

C’est à peu près le même scénario qui se profile bien plus tard, en 1793, quand Toulon est occupée par la flotte anglo-espagnole et que la Tour se rend au mouvement royaliste sans résistance, les bâtiments ennemis à peine arrivés dans la rade.

Épisode davantage glorieux, lors du siège de la ville en 1707 par le prince Eugène, Duc de Savoie et allié des Anglais, les défenseurs de la Tour déplacent une batterie sur la hauteur qui domine la Tour et tire sur les galiotes anglaises retranchées de l’autre côté de la pointe, près du fort Saint-Louis. La flotte bat en retraite et Toulon est sauvée.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Batterie dite de la Grosse Tour ou Tour royale_1818_dessin plume et lavis
 
Batterie dite de la Grosse Tour ou Tour royale_1818_dessin plume et lavis © SHD_reproduction Christian Corvisier

 
 

Ouvrage de défense, la Tour sert aussi occasionnellement de prison. La détention dans les cachots souterrains, humides et en la compagnie de rats et de vermines, étaient sans doute des plus pénibles.

 

À partir du XVIIIe siècle, alors que la fonction défensive de la Tour est de moindre importance, la Tour sert plus régulièrement de prison : des inscriptions gravées dans la pierre en témoignent encore aujourd’hui.

Pendant la Révolution française, Royalistes et Républicains se succèdent dans les geôles.

 
 
 

. . . devenu site touristique

Classée Monument Historique en 1947, la Grosse Tour est restaurée suite aux dégradations du temps et des traces laissées par la Seconde Guerre mondiale. Renommée « Tour royale » à partir de 1951, alors que les collections du musée de la Marine s’y installent en partie, elle n’accueille plus aujourd’hui que des événements occasionnels. La Tour se visite pendant la saison estivale et lors des Journées européennes du patrimoine. Elle est entourée de jardins où les Toulonnais aiment pique-niquer ou faire du sport. Près de la tour repose le bathyscaphe FNRS III, qui a détenu le record de plongée en grande profondeur entre 1954 et 1960 et qui fait partie des collections du musée national de la Marine. Mais c’est là une autre histoire…

 

bathyscaphe

 
bathyscaphe © petit-patrimoine.com
 

Toulon - Histoire du musée

Le musée retrace l'histoire de l'arsenal de Toulon, depuis Louis XIV jusqu'à devenir le plus grand port militaire du bassin méditerranéen

En savoir plus

Les coulisses de l’histoire

Découvrez des histoires méconnues sur nos collections, nos musées ou nos thématiques
En savoir plus

Les coulisses de l’histoire avec Audrey / Chats à bord !

Appréciés à bord, les chats sont devenus amis des marins
En savoir plus

Les coulisses de l’histoire avec Jean-Yves / Dans les cachots du château…

De l’époque moderne à la Seconde Guerre mondiale, le château de Brest a servi de prison
En savoir plus

Les coulisses de l'histoire avec Audrey / La citadelle de Port-Louis pendant la 2GM

En savoir plus

Les coulisses de l'histoire avec Valérie / l'Hôtel de Cheusses

Résidence du châtelain, siège du commandant, de l’intendant, puis du commissaire de la Marine et prison !
En savoir plus

Les coulisses de l'histoire avec Jean-Yves / Des moutons au château de Brest

En savoir plus

Les coulisses de l'histoire avec Anne / De l’ennemi à l’ennui

Des graffitis marins à la citadelle de Port-Louis par Anne Belaud de Saulce
En savoir plus

Les coulisses de l'histoire avec Valérie / Instruments de chirurgie

Certains instruments semblent bien empruntés à d’autres corps de métiers.
En savoir plus

Les coulisses de l'histoire avec Cristina / Mufles de lion

Les quais bordant la chaîne neuve étaient ornés de quatre masques en bronze
En savoir plus