Sur le Hmas Nizam, les chats du bord ont leur propre hamac Public Domain / Australian War Mémorial

Certains animaux ne sont pas les bienvenus à bord d’un navire, comme le petit animal aux grandes oreilles dont le nom ne doit pas être prononcé ! Les chats, eux, sont appréciés à bord et sont devenus amis des marins.

De tout temps, il a existé des chats de navire. Leur mission principale : chasser rats et souris, ces rongeurs source de parasites dans la nourriture, et dangereux pour les étoupes qui calfeutraient les coques. Les chats rendaient de tels services à bord que les compagnies d’assurance refusaient de rembourser les dégâts provoqués par les rongeurs si la présence d’un chat n’était pas prouvée. Dès le XVème siècle, les assureurs génois exigeaient la présence de chats à bord.

Il y a plus de 8000 ans, les Egyptiens, les premiers, ont embarqué des chats sur les bateaux du Nil. Les Phéniciens eux, les ont amenés en Europe. Avec les Vikings, les matous norvégiens débarquèrent sur la côte occidentale de l’Amérique du nord. Et, bien sûr, des chats accompagnèrent les marins à bord du Mayflower direction Boston.

Sur les bateaux vénitiens, la fonction de « gardien de chats » était confiée à des marins dont le rôle était de s’occuper exclusivement des chats : les nourrir, veiller à ce qu’ils ne s’échappent pas lors des escales…

Colbert, lorsqu’il fut ministre de la Marine, a exigé des chats à bord des navires. On lui doit la célèbre phrase : « Ce navire est en état de naviguer ; il y a deux chats à bord ».

Les marins sont très superstitieux. Ils ont besoin du chat pour endiguer la prolifération des rats et des souris, mais en même temps croiser un chat avant d’aller à la pêche nuira aux résultats de celle-ci. Les marins craignent le chat noir, mais si ce dernier s’invite à bord, il ne faut surtout pas le jeter à l’eau car il serait la cause de grosses tempêtes et de grands malheurs.

Par contre, chez les Anglais, le chat noir ne porte pas malheur. Dans les années 1990, un navire de la Royal Navy, le Pembroke, a eu à son bord pendant plusieurs années un chat noir nommé Charlie, véritable mascotte de l’équipage. À sa mort, il eut droit aux honneurs militaires.

Photo de Francis Tolon, le chat navy http://francislongueroute2018.blogspot.com/

Avec le développement de la plaisance, les chats sont devenus les compagnons de voyage des navigateurs. On peut citer Trognon, compagnon de route de Jérôme Poncet et Gérard Janichon sur Damien dans les mers du sud. N’ayant pas apprécié les remous lors d’une forte tempête, Trognon a déserté lors d’une escale à Tahiti. Olivier Stern-Veyrin a traversé l’Atlantique avec Palpedor et lui consacrera quelques lignes dans son ouvrage « Solitaire ou pas ». Et Navy, compagnon de Francis Tolan qui l’a accompagné lors d’un tour du monde en solitaire.

Oscar, le chat aux neuf vies 

L’histoire du chat Oscar est très particulière. Chat mascotte, Oscar ne porta jamais chance aux navires sur lesquels il navigua. Mais Oscar a toujours réussi à se sortir des mauvaises passes ! Oscar embarque à bord du Bismark qui sera sabordé le 27 mai 1941. Les marins du destroyer anglais Cossack retrouvent Oscar parmi les débris qui flottent. Le chat est sauvé et les marins le gardent à bord. Cinq mois plus tard, le Cossack est coulé par un sous-marin allemand. Oscar est de nouveau retrouvé parmi les survivants. Il trouve refuge sur le porte-avions Ark Royal. Trois semaines plus tard, le porte-avions est torpillé par un sous-marin allemand venant de Gibraltar. À nouveau, Oscar est sauvé. Après cet évènement, le vieux chat ne fut plus jamais repris comme mascotte sur aucun bateau. Dans les archives de la Royal Navy, on peut lire : « Oscar, la mascotte du Bismarck, finit paisiblement ses jours dans la maison des marins à Belfast en 1955 ».

Et dire que les chats n’aiment pas l’eau…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

3 commentaires

Répondre à LORIN Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Hum!!!!!
    Je suis un peu surpris d’apprendre que le Bismarck se serait « sabordé le 27 mai 1941″…………
    Le chat embarqué était-il à l’origine de ce ….chat-bordage

  • Merci beaucoup pour ces anecdotes, les photos font partie maintenant de mon dossier sur les chats, que j’adore depuis mon enfance. Claude.

Défiler vers le haut