Le Bagne portuaire de Toulon

125 années de présence au coeur de la cité, marquant à jamais les esprits et la mémoire collective toulonnaise.

Informations pratiques   

Exposition du Le Bagne portuaire de Toulon du 06 Octobre 2012 au 05 Janvier 2014

De juillet à août : le musée est ouvert tous les jours de 10h à 18h.
De septembre à juin : le musée est ouvert tous les jours sauf le mardi de 10h à 18h.

Plein tarif : 6 €, audioguide inclus
Tarif réduit : 4,50 €, audioguide inclus
Gratuit pour les moins de 26 ans / audioguide 2 €

Informations et réservations

tel :04 22 42 02 01
sur : toulon@musee-marine.fr

 

Il y a plus de 260 ans… s’ouvrait à Toulon une nouvelle page du système pénitentiaire français : le bagne. Héritier des galères en 1748 dont il prolonge les peines, le bagne portuaire de Toulon ne disparaitra qu’en 1873, longtemps après ses équivalents de Brest (1858) et de Rochefort (1852). Ces 125 années de présence au coeur de la cité ont laissé une empreinte forte au sein de l’arsenal, marquant à jamais les esprits et la mémoire collective toulonnaise.

Le bagne et l’infrastructure portuaire

Une part belle est faite aux maquettes d’architecture réalisées spécialement pour l’exposition. Sont présentés également les ouvrages d’art entièrement construits par les bagnards, tel l’hôpital de Saint-Mandrier et sa chapelle. La réussite de sa construction et sa longévité sont le fruit du travail de force et de la sueur des bagnards.

Administration et vie quotidienne au bagne

L’exposition raconte l’arrivée des forçats à Toulon, le « traitement » des bagnards, leur habillement, leur quotidien au travail, mais aussi leurs rocambolesques évasions. Le point fort de cet espace est la présentation inédite au public, et pour la première fois à Toulon, des manuscrits du Commissaire Reynaud (1779-1859), un des témoignages clés, vécu de l’intérieur, de ce système carcéral reposant sur le travail forcé.

L’imaginaire du bagne

La dernière partie plonge le visiteur dans l'imaginaire du bagne au contact de la figure même des "indociles", des relégués, et de leur modeste artisanat manuel destinée à être vendue afin d’améliorer l’ordinaire. Ces fortes personnalités décrites, dessinées, croquées sur le vif ainsi que leur univers fait de pierre, de fer, de bois et de chanvre, inspirent des expressions populaires ou des romans du XIXe siècle comme ceux de Victor Hugo ou d’Alexandre Dumas. Plus tard, le cinéma utilisera également largement l'image du bagnard, une image teintée de romantisme qui l'emporte très souvent sur la réalité.

Exposition réalisée par le musée national de la Marine, en collaboration avec le Service historique de la Défense et le Centre d’instruction naval de Saint-Mandrier

Commissariat
Cristina Baron, musée national de la Marine ; Bernard Cros, ingénieur et historien de l’arsenal de Toulon.

 

Accessibilité, exposition, Toulon


En savoir plus