Hommage du musée de la marine à Florence Arthaud

Nous rendons hommage à cette exceptionnelle navigatrice qui a enrichi le musée de toutes ses expériences maritimes.


Florence Arthaud, 
© musée national de la Marine/ SDR

Le musée national de la Marine est la maison de tous les gens de mer.

Un marin est mort. Ce marin était très proche du musée depuis de nombreuses années. Ce marin était Florence Arthaud.

Combien de fois Florence est-t-elle venue au musée à Paris ou dans ses sites portuaires, particulièrement à celui de Brest où elle vécut quelques années, à celui de Rochefort où elle fut associée à une exposition ? Ce fut si souvent…

Ainsi, lors de sa victoire éblouissante à la Route du Rhum 1990, une réception fut organisée au palais de Chaillot, Florence y reçut comme Titouan Lamazou, un Neptune d’Or. Et, comme à l’arrivée en Guadeloupe et comme toujours, elle fut environnée d’une multitude de journalistes armés d’appareil photo, de caméras et de micros.

Pour des interviews ou des prises de vues, Florence Arthaud choisissait tout naturellement de venir au musée. Comme, par exemple, pour ce reportage sur la mode où elle porta des robes de grands couturiers, plus tard pour la promotion d’un disque de Pierre Bachelet avec qui elle chanta en duo, ou encore la présentation de ses livres ou de ses projets… chaque fois, elle ralliait le musée. Participer à une table ronde sur « Le sauvetage en mer », à la Fureur de Lire, découvrir l’exposition consacrée aux « Phares » ou assister à la remise du Trophée Jules Verne dont elle ne rata aucune des cérémonies, étaient autant de prétextes pour témoigner de son amitié.

Ce Trophée Jules Verne qu’elle créa avec d’autres coureurs au large prestigieux et dont elle souhaita la permanence au musée pour témoigner des chevauchées autour du monde des équipages les plus expérimentés de notre époque.

Comme Eric Tabarly, Florence aimait flâner au musée, regarder les œuvres et les objets présentés dans nos galeries. Elle avait un petit faible pour les instruments de navigation. Tout naturellement, lorsqu’elle fut sollicitée devant les caméras pour raconter « son » musée de la Marine, elle choisit de parler d’un sextant et nous donna une leçon de pratique à la mer au cœur des réserves !

Consciente de l’importance de transmettre ses passions, elle offrit au musée son magnifique spinnaker de Groupe Pierre 1er orné de lions multicolores, flamboyant et démesuré comme elle.

Nous rendons hommage à cette exceptionnelle navigatrice qui a enrichi le musée de toutes ses expériences maritimes et qui nous disait : «  J’ai la chance d’être dans mon élément et j’ai le privilège d’avoir fait le bon choix, je suis donc libre et heureuse. De grâce, ne gâchez pas la mer. La mer, c’est chez moi ».

Le musée national de la Marine présente ses condoléances à la famille de Florence Arthaud et plus particulièrement à sa mère et à sa fille Marie.

Sylvie David-Rivérieulx, 
chargée de mission Plaisance

​PS : Un livre d’or est mis à disposition des personnes souhaitant lui rendre hommage dans le hall d’entrée du musée, place du Trocadéro.