CatégorieLe projet

Le projet architectural

2017 – 2022 un nouveau musée à Paris

Vue du hall d’entrée en galerie Davioud ©h2o architectes/SnøhettaVue du hall d’entrée en galerie Davioud ©h2o architectes/Snøhetta

Le musée national de la Marine à Paris est l’un des derniers grands musées français à conduire sa rénovation,
et le dernier sur le site du Palais de Chaillot. Vivant et interactif, le futur musée fera appel aux technologies les plus innovantes. Riche de sa propre histoire et de ses collections uniques au monde, ayant débuté en 1748, il racontera des histoires de marine, de mer et de marins. Invitant au voyage, il sera un musée porteur d’émotions et de savoirs, un outil puissant de sensibilisation de tous les publics pour éclairer les enjeux maritimes de notre planète.

Carrefour d’échanges scientifiques ouvert sur le monde, il sera pour la France un vecteur de rayonnement à l’international. Fort d’un nouveau projet architectural et d’une scénographie adaptée aux attentes d’un public en constante évolution, légitimement exigeant, le musée confortera son rang parmi les premiers musées maritimes de référence, en Europe et dans le monde.

Un parcours renouvelé pour parler au plus grand nombre

Musée protéiforme, à la fois de sciences et techniques, d’histoire, de beaux-arts et de civilisation, le musée national de la Marine se doit de ne négliger aucun de ces aspects qui font sa singularité dans le paysage muséal français. Son histoire même montre la pluralité des approches qui ont présidé à la constitution de ses collections. En effet, d’abord émanation maritime des collections royales et impériales, elles ont ensuite été, au gré de ses directions successives, fortement teintées d’ethnographie avant de revêtir au cours du XXe siècle un discours à prédominance militaire. Il a donc été décidé de mettre en place un parcours semi-permanent qui offre, par des nouvelles présentations prévues à intervalles réguliers, une variété de thèmes et le renouvellement des thématiques abordées.

Le futur musée s’articulera autour de plusieurs galeries qui ont été imaginées pour répondre aux attentes des différents publics :

  • un espace « Repères » en début de parcours, lieu immersif qui offre des clefs de compréhension sur les enjeux maritimes
  • trois espaces « semi-permanents » renouvelés tous les trois à cinq ans sur les thèmes les plus emblématiques de notre histoire et de notre futur
  • des espaces appelés « studios » qui mettront en valeur les plus belles oeuvres des collections
  • un nouvel espace qui permettra d’organiser deux expositions temporaires par an, pour tous les publics, sur des sujets d’envergure, en lien avec l’actualité maritime
  • des espaces complémentaires qui favoriseront la rencontre et l’échange : un nouvel auditorium de 200 places,
    des espaces de travail, un centre de ressources, une boutique agrandie, un restaurant ouvert à tous et un espace d’actualité où seront exposés et débattus tous les grands sujets maritimes contemporains
Vue du pavillon d’About ©h2o architectes/Snøhetta
Vue du pavillon d’About ©h2o architectes/Snøhetta

Les grandes orientations stratégiques du projet architectural

  • le renouvellement de la présentation de la collection permanente, véritable trésor du musée, et l’adaptation des expositions temporaires aux grandes thématiques maritimes d’aujourd’hui et de demain
  • l’organisation d’événements grand public dont l’enjeu est de faire du musée le rendez-vous de la mer et des marins à Paris
  • le développement d’un nouveau modèle économique et de nouveaux modes de fonctionnement et de pilotage de l’établissement, en veillant à développer une vraie synergie entre Paris et les musées du littoral, ainsi que le centre de conservation et de ressources à Dugny

Les enjeux du chantier

  • concevoir une zone d’accueil du public conviviale et dynamique, et prévoir une gestion ordonnée des flux
  • améliorer l’attractivité du musée grâce à une scénographie spectaculaire, innovante, et redéfinir les espaces pour diversifier l’offre culturelle
  • favoriser l’autonomie du musée en augmentant ses ressources propres – espaces dédiés à la restauration, à la boutique, aux séminaires et conférences
  • mettre aux normes et à niveau l’ensemble du musée d’un point de vue technique et réglementaire – sécurité, sûreté, accessibilité à tous

Le projet architectural

Pour mener à bien le projet de rénovation, un concours international d’architecture, recevant 117 candidatures,
a été lancé sous la maîtrise d’ouvrage déléguée de l’OPPIC (Opérateur du Patrimoine et des Projets Immobiliers de la Culture) et a désigné pour lauréat l’agence parisienne h2o architectes, en groupement avec les architectes norvégiens Snøhetta. La maîtrise d’oeuvre patrimoniale a quant à elle été confiée à Lionel Dubois, Architecte en Chef des Monuments Historiques (ACMH).

Le projet proposé s’appuie sur une forme de composition et de restitution des volumes des galeries de l’exposition internationale de 1937, tout en s’inscrivant dans la continuité architectonique des aménagements intérieurs. Il donne à revoir les qualités architecturales fondamentales de ce palais, en respectant son histoire et en l’adaptant pour accueillir de manière durable les majestueuses collections du futur musée.

Les espaces d’exposition sont épurés et conservés dans leurs proportions, à la fois exceptionnels dans leur dimension et simples dans leur traitement. L’espace est révélé par la lumière. Le projet se sert du bois pour souligner les surfaces. Ces matériaux sont transformés et affirmés pour en renforcer le caractère à la fois contemporain et contextuel.

Vue du vestibule d’entrée ©h2o architectes/Snøhetta
Vue du vestibule d’entrée ©h2o architectes/Snøhetta

Les nouveaux programmes participent au renouvellement de l’image du lieu, ils s’insèrent en articulation, au droit des anciens pavillons des galeries. Leur dessin est issu d’un dialogue géométrique fin avec les éléments en place qui n’en altèrent pas la perception et préservent de grands vides habités. Le public et la collection sont ainsi au cœur des volumes dégagés, espaces capables, flexibles et modulables.

Deux moments forts encadrent la séquence de visite des galeries. La séquence d’entrée propose des espaces d’accueil généreux offrant qualité d’usage et aménagement à l’échelle du visiteur. En extrémité des galeries, le projet réintroduit le rôle primordial du Pavillon d’About dans l’inscription contextuelle du musée. Sa verticalité et la vue sur Paris sont retrouvées, il devient le point de convergence naturel des élégantes galeries courbes offrant une boucle de découverte progressive des expositions.

Le nouveau musée national de la Marine à Paris devient un lieu vivant, lumineux, puissant et appropriable par le public dans la découverte de son univers.