File d’attente devant le musée de la Marine © musée national de la Marine

Le musée de la Marine va bénéficier du grand programme architectural lié à l’exposition internationale de 1937 : les nouveaux palais de Chaillot, de Tokyo et d’Iéna sont destinés à abriter différents musées. Un accord finalement trouvé entre les administrations concernées prévoit, dés 1936, que le musée de la Marine partage l’aile Passy du tout nouveau Palais de Chaillot, avec le musée de l’Homme.

Le déménagement, d’abord retardé pour des raisons administratives, est ensuite arrêté par l’entrée en guerre. Mises en caisse, envoyées pour les plus précieuses en province, à Chambord notamment, les collections rejoignent progressivement le Palais de Chaillot à partir de l’été 1942.

Retour en 1943 au Palais de Chaillot des collections du musée cachées en 1939 au château de Chambord © musée national de la Marine

À l’occasion du deuxième Salon de la Marine, organisé du 4 juin au 3 juillet 1943, le musée présente une première sélection de modèles réduits et de sculptures navales, qui préfigure le projet de l’établissement, centré sur le coeur de ses collections, les modèles de navires. Le nouveau directeur formule en ces termes l’objectif : « Vous visiterez alors un musée vivant, imagé, coloré, qui sera une grande fresque maritime, la synthèse de nos activités sur les mers littorales et océanes, le reliquaire de nos gloires maritimes ».

Et c’est en août 1943 que le musée ouvre finalement ses portes.

Gardiens en tenue dans le musée © musée national de la Marine

Centré tout d’abord sur l’histoire de la marine de guerre, le propos historique se complète peu à peu de galeries thématiques consacrées à l’exploration sous-marine, à la marine marchande, à la plaisance ou à l’hydrographie, toujours sous l’angle de l’histoire nationale. L’offre proposée aux visiteurs se diversifie : aux rêves de gloire et d’horizons lointains viendront s’ajouter la fascination pour les outils du progrès scientifique et technique, l’engouement pour la voile sportive, la nostalgie des croisières transatlantiques, l’émotion provoquée par les oeuvres inspirées par la mer. Parallèlement à ce programme muséographique, un ambitieux centre de ressources documentaires est constitué afin d’accueillir chercheurs et passionnés qui fréquentent la salle de consultation, installée à son emplacement actuel en 1958, de la bibliothèque et des dossiers documentaires, essentiellement iconographiques.

Les grandes étapes de l’histoire du musée

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Changer la taille de la police
Contraste