la Grande Pêche la ville et ses habitants, image de Granville

Richard Le Blanc (Granville, 1882 – Granville, 1953), Le Débarquement de la morue, inv. 2001.0.159 Dessin, rehauts de blanc, papier ocre Loin des images romantiques de la pêche au large des côtes de Terre-Neuve ou de l’attente des femmes, Le Débarquement de la morue illustre le travail austère qui occupe les marins à leur retour au port. Richard Le Blanc (1882-1953) est un peintre granvillais, portant un intérêt particulier aux foules et à la vie quotidienne. D’abord élève de l’école de dessin de Granville, il entre en 1899 à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris où il est admis à titre…

FacebookTwitterGoogle+Share

Pierre Loti, le romancier à la triste morue

En 1886, Pierre Loti publie Pêcheurs d’Islande. Est-ce la description des amours dramatiques de Gaud et de Yann séparés par la grande pêche ? L’implacable monotonie des paysages bretons où ça ne rigole pas beaucoup sous la pluie ? L’exotisme, si cher à Loti, appliqué à des Côtes du Nord plus singulières encore pour les lecteurs parisiens que Tahiti ou le harem d’Aziyadé ? Le style un tantinet suranné, oscillant entre lyrisme météorologique et ethnographie locale ? Toujours est-il qu’à 36 ans, le romancier rochefortais connait son plus grand succès avec ce drame aux images suggestives, qui n’ont cessé d’inspirer écrivains, musiciens, dessinateurs, peintres…

FacebookTwitterGoogle+Share

Sur un air de Paimpolaise

Qui n’a jamais fredonné « J’aime Paimpol et sa falaise  » ? Tous les bretons et même les francophones du Canada connaissent cette ritournelle, mais d’où vient cette mélodie si triste ?

FacebookTwitterGoogle+Share