Tout est bon dans le poisson

Exposition dans les mailles du filet © musée national de la Marine/A.Fux Aujourd’hui, nous allons parler de produits de la pêche, de chats et de maquillage. La pêche, ça mène à tout. Environ 86% de ce qui est pêché est destiné à la consommation humaine. Ce qui ferait, après de nombreux calculs très compliqués, qu’environ 14% des produits de la pêche ne sont pas destinés à la consommation humaine. Ces 14% représentent à peu près 22 millions de tonnes de poissons, crustacés et coquillages détournés de nos assiettes tous les ans. Pourquoi ? D’abord parce qu’on laisse un peu de ce que…

FacebookTwitterGoogle+Share

La pêche à la morue, ses conséquences géopolitiques et Enrique Iglesias.

Exposition dans les mailles du filet © musée national de la Marine/A.Fux  Oui, vous avez bien lu, aujourd’hui, nous allons parler de morue, de géopolitique et d’Enrique Iglesias. La pêche, ça mène à tout. Rapide rappel historique, indispensable pour comprendre la situation : l’Angleterre et la France sont présentes dans les eaux de Terre-Neuve depuis le début du 16e siècle. Les deux royaumes se partagent les bancs de morue, une ressource alors abondante et véritable « or blanc », mais revendiquent aussi les autres richesses du Nouveau Monde : ces deux puissances coloniales cherchent à agrandir leurs empires respectifs. La guerre est inévitable… D’abord…

FacebookTwitterGoogle+Share

Souvenir d’un Terre-Neuva

Exposition dans les mailles du filet © musée national de la Marine/A.Fux  Granville, Départ des Terre-neuvas, [1900-1910]. Lucien Rudaux (1847-1947) © Conseil général de la Manche, arch. dép.,  De St Malo, Marie-Ange Guérin a pris la mer par envie de partir loin de sa campagne, de ses terres, de s’exiler, voir un ailleurs. Peut-être que son frère armateur l’a guidé dans ce choix ? ? Il n’était pas un paysan, pas né pour « La terre ». Après avoir faits ses armes sur le cuirassé Ernest Renan, puis scaphandrier, Marie-ange était près à reprendre encore la mer, mais autrement. Pourquoi vouloir aller…

FacebookTwitterGoogle+Share

1980 « Les bagnards de la mer » existaient encore

Exposition dans les mailles du filet © musée national de la Marine/A.Fux Non. Nous n’étions pas en 1946 au moment où le révérend père Yvon, le célèbre aumônier des terre-neuvas, publiait son ouvrage consacré aux « Bagnard de la mer », ces pêcheurs bretons et normands qu’il avait défendu entre les deux guerres avec toute sa foi de religieux et son engagement de combattant social sur les Bancs de Terre-Neuve à bord des navires de la Société des Œuvres des Mers. Nous étions en octobre 1980. La grande pêche à la morue sur les Bancs n’en finissait pas de mourir. L’archipel de…

FacebookTwitterGoogle+Share

la Grande Pêche la ville et ses habitants, image de Granville

Richard Le Blanc (Granville, 1882 – Granville, 1953), Le Débarquement de la morue, inv. 2001.0.159 Dessin, rehauts de blanc, papier ocre Loin des images romantiques de la pêche au large des côtes de Terre-Neuve ou de l’attente des femmes, Le Débarquement de la morue illustre le travail austère qui occupe les marins à leur retour au port. Richard Le Blanc (1882-1953) est un peintre granvillais, portant un intérêt particulier aux foules et à la vie quotidienne. D’abord élève de l’école de dessin de Granville, il entre en 1899 à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris où il est admis à titre…

FacebookTwitterGoogle+Share

Le film Le Crabe-tambour (1977) de Pierre Schoendoerffer : raisons d’un choix

Dans la plupart des films de Pierre Schoendoerffer, des rushes de reportages tournés pendant la guerre d’Indochine à son dernier film de fiction basé sur son roman Là-haut au dessus des nuages (2002) en passant par La 317e section (1965), son premier film de fiction réalisé à partir de son premier livre, ou encore La section Anderson (1967), Oscar du meilleur documentaire, la guerre d’Indochine et du Vietnam représente l’assise conceptuelle de son inspiration ou, plus précisément peut-être, ce sont les parts d’ombre et de lumière habitant les combattants et leur basculement irréversible vers la mort, celle donnée et celle…

FacebookTwitterGoogle+Share

Lucie, Mila, Léo, dans les mailles du filet

Pour les vacances, le blog se fait reporter pour suivre Léo 3 ans, Mila 6 ans, Lucie 11 ans et leurs parents au coeur de l’exposition, « Dans les mailles du filet« . Tout commence à l’entrée du musée, Léo n’a qu’une envie voir des bateaux pirates ! Pour lui tous les bateaux sont des bateaux pirates confie sa mère et devant chaque bateau il demande « c’est quel bateau ? » espérant voir en celui-ci un vrai bateau pirate ! il remarque alors face aux grands voiliers que certain « ont plein d’ailes ». Mais il faut garder des forces pour l’exposition et la petite…

FacebookTwitterGoogle+Share

Paimpol, les veuves de marins et Pierre Loti

Pêcheur d’Islande raconte les épreuves de la pêche à la morue auxquelles s’affrontent, au 19e siècle, les rudes marins de Paimpol. Pierre Loti, était sensible à l’épopée de ce grand voyage de six mois dans les brumes des côtes d’Islande. Il a décrit le travail dangereux, épuisant de cette pêche à l’or blanc. Ses risques mortels. Tant de goélettes qui ne reviennent pas au port et laissent des familles démunies de toutes ressources. Ému par ces veuves et ces orphelins, Pierre Loti a lancé un appel dans Le Figaro en 1887 après deux naufrages de bateaux d’Islandais ainsi qu’on appelait ces hommes, La petite Jeanne et La Catherine…

FacebookTwitterGoogle+Share

Pierre Loti, le romancier à la triste morue

En 1886, Pierre Loti publie Pêcheurs d’Islande. Est-ce la description des amours dramatiques de Gaud et de Yann séparés par la grande pêche ? L’implacable monotonie des paysages bretons où ça ne rigole pas beaucoup sous la pluie ? L’exotisme, si cher à Loti, appliqué à des Côtes du Nord plus singulières encore pour les lecteurs parisiens que Tahiti ou le harem d’Aziyadé ? Le style un tantinet suranné, oscillant entre lyrisme météorologique et ethnographie locale ? Toujours est-il qu’à 36 ans, le romancier rochefortais connait son plus grand succès avec ce drame aux images suggestives, qui n’ont cessé d’inspirer écrivains, musiciens, dessinateurs, peintres…

FacebookTwitterGoogle+Share

Sur un air de Paimpolaise

Qui n’a jamais fredonné « J’aime Paimpol et sa falaise  » ? Tous les bretons et même les francophones du Canada connaissent cette ritournelle, mais d’où vient cette mélodie si triste ?

FacebookTwitterGoogle+Share