Dans les mailles du filet une morue un peu trop belle

Affiche de l’exposition ★ Bronx agence (Paris)

Qu’elle est belle, cette morue ! Un peu trop belle peut-être. C’est l’actrice principale d’une aventure qui a duré 500 ans : la grande pêche. Et c’est une actrice qui rapporte… Au point qu’elle a longtemps été appelée « l’or blanc ». Pourquoi un tel engouement pour la morue ?

La morue, ou cabillaud, ou gadus morhua pour les puristes, est un poisson vorace qui vit dans les eaux froides de l’Atlantique Nord. Elle peut atteindre 1,50mètre de long pour 90kg ! On la reconnait à sa robe vert-brun, son ventre blanc, ses trois nageoires dorsales et ses deux ventrales, mais surtout son barbillon mentonnier et sa grande bouche. Et elle est délicieuse…

Depuis la découverte du Nouveau Monde, à la fin du 15e siècle, des pêcheurs basques et bretons se rendaient sur les bancs de Terre-Neuve et d’Islande pour pêcher la morue. Ces expéditions duraient de 6 à 8 mois et étaient extrêmement dangereuses : il fallait traverser l’Atlantique, survivre dans des conditions terriblement difficiles, puis revenir à bon port. Mais les milliers de marins qui étaient appelés pour cette « grande pêche » n’hésitaient pas : le poisson était si abondant qu’on pouvait presque parler de « pêche miraculeuse » à chaque fois, et les pêcheurs, quand ils revenaient, étaient donc sûrs de pouvoir échanger leur « or blanc » contre de l’or… or (en tout cas, contre beaucoup d’argent).

Au fil des siècles, cette grande pêche s’est développée, devenant un enjeu économique majeur et bénéficiant d’avancées technologiques qui l’ont rendue de plus en plus efficace, au point de menacer la pêche elle-même. De la pêche à la ligne, on est passés à la pêche au chalut, qui est plus rapide et qui prend beaucoup plus de poissons, mais qui met donc en danger le stock : pour que la pêche puisse continuer, il faut bien que quelques poissons survivent !

Voici donc en quelques mots l’aventure de la grande pêche à voir au musée national de la Marine du 07 octobre au 26 juin 2016 ! 

M.E.C
FacebookTwitterGoogle+Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *